ExLibris VV

Mihail Chemiakin

Carnaval St. Pétersbourd

Galerie Carpentier

Paris 1978




Carnaval de Mihaïl Chemiakin

Jaime Iœuvre de M. Chemiakin.

Jai vu ses tableaux pour la première fois en 1967. Ils étaient exposés dans le foyer du Conservatoire de Leningrad. Cétaient des toiles éclatantes, riches de couleurs, généralement peintes à Ihuile. Jai vu avec quelle avidité, quelle attention les étudiants du Conservatoire "absorbaient" les tableaux de Chemiakin.

En rentrant à Moscou, je ramenais avec moi des photographies des dessins au crayon que Chemiakin avait fait pour illustrer Dostoïevski.

Plus tard, à Moscou, je regardais maintes et maintes fois ces dessins pour en restaurer les moindres détails dans ma mémoire. Dés ce moment la javais déjà compris "la musicalité" de la main du peintre.

Et cest précisément la raison pour laquelle, lorsque jai terminé ici à Paris lenregistrement de IOpéra de Tchaïkovski "la Dame de Pique" jai demandé à Chemiakin den illustrer la pochette.

Je savais que Chemiakin pouvait faire "résonner" le vieux Petersbourg dans son dessin. Et la pochette résonna pour moi de ces couleurs immatérielles de Petersbourg, dont on ne sait si cest le ciel de laube ou celui du crépuscule, un peu mort, dans un éclat froid et fantomatique. Et cette lumière qui tombe sur les choses et sur les hommes les rend aussi dune transparence argentée.

Une nouvelle exposition de Chemiakin "Les carnavals de Saint-Pétersbourg" vient œ souvrir. Jai déjà vu quelques tableaux de cette série. Quelle extraordinaire harmonie de formes et de couleurs!

Je suis persuadé que les visiteurs de cette exposition en retireront de nombreuses impressions toutes neuves.

Mstislav Rostropovitch. 1978

Les fantasmagories de Mihaïl Chemiakin

Pour tout grand artiste, dans le plus large sens de ce terme, la vie est un spectacle, un carnaval, une scène sur laquelle se joue une fantasmagorie do lexistence humaine parfois comique mais pour la plupart du temps, tragique.

Les mystères du carnaval constituent le fondement des œuvres les plus importantes de la littérature mondiale, dHomère, en passant par Cervantès et Dostoïevski jusqua Proust, Faulkner et Joyce.

Ces mystères apparaissent de la même façon dans les tragédies antiques ci les mosaïques scéniques de Meïerhold, dans les montages d Eisenstein et les mascarades réalistes de Fellini, dans les fresques religieuses, les cauchemars de Goya et les pénétrantes clowneries de Picasso. Le gala spectacle de notre existence sur cette terre, telle une éclatante spirale, se déroule dans linfini qui nous est inconnu.

A mon avis, Mihaïl Chemiakin est l’un de ces rares artistes qui voient avec le cœur, à qui il appartient dincarner dans ses couleurs, encore un mystère multicolore de la vie. Lexposition "Les Carnavals de Saint-Petersbourg" fait justement partie dun tel mystère.

Je n’ai pas besoin danalyser les mérites et les défauts de cette exposition, (les œuvres parlent pour elles-mêmes) ou de déterminer la place quoccupe le peintre dans lart russe (les spécialistes le feront pour moi); je voudrais seulement exprimer une fois de plus mon inaltérable reconnaissance au grand artiste pour la joie quil nous apporte à tous grâce à son œuvre purificatrice.

Vladimir Maximov







, ,
, .
, ,
.

.
, ,

, , .

, , ,
, ,
,
, .

, , ,
. , ,
-
.

,
1978